La quantité de Résidus d’épuration de fumées d'incinération d'ordures ménagères (REFIOM) dépend du mode de traitement des fumées. On peut estimer leur quantité moyenne entre 3 et 5 % du tonnage incinéré.


 

Le contenu des REFIOM est caractérisé par sa richesse en sels (chlorure de calcium, chlorure de sodium…) produits par les réactions acide-base de neutralisation des gaz acides. Ils contiennent aussi une grande quantité de métaux.

Le caractère dangereux des REFIOM provient de leur capacité à libérer, ou relarguer, les polluants tels les métaux lourds et les dioxines et furanes.

Depuis le 30 mars 1995, les REFIOM doivent être stabilisés et solidifiés avant d'être stockés en ISDD.
En effet, si la matrice des REFIOM stabilisés ne retient pas suffisamment les polluants, ils risquent d'être captés par l'eau naturelle et polluer les aquifères ou être absorbés par des organismes vivants. Cette caractéristique, pour un matériau donné, à relarguer un de ses constituants est appelée la lixiviabilité et doit être contrôlée avant stockage. Les REFIOM bruts étant pulvérulents, ils doivent aussi être solidifiés (résistance mécanique adéquat).

La stabilisation des REFIOM est une opération qui consiste à diminuer leur toxicité, le plus souvent sous une forme chimique moins facilement mobilisable par l'environnement.
La solidification est une opération qui transforme le REFIOM en un solide afin de réduire au maximum les contacts entre le déchet et l'environnement. Le relargage des polluants est ainsi réduit. La solidification doit être contrôlée par des tests de résistance mécanique : aucun délitement ou fissuration ne doit apparaître.

La France en produit chaque année 400 000 tonnes de REFIOM
Les quantités de REFIOM produites par l’usine de Briec sont de 2 329 tonnes en 2013 et sont stabilisées en Installation de Stockage de Déchets Dangereux, à Laval.